Charles CATTEAU (1880-1966)

Huile sur toile représentant une vue de la collégiale Notre-Dame de Lamballe
Signée en bas à droite
Située au crayon au dos

900

En stock

Description

Charles CATTEAU (1880-1966)

Huile sur toile représentant une vue de la collégiale Notre-Dame de Lamballe dans les Côtes d’Armor
Signée en bas à droite
Située au crayon au dos

Dimensions : 33 x 46 cm
Dimensions avec support : 44,5 x 57,5 cm


La collégiale Notre-Dame de Lamballe (autrement appelée Notre-Dame-de-Grance-Puissance), est un édifice religieux situé à Lamballe dans le département français des Côtes-d’Armor.
Elle est classée au titre des monuments historiques en 1848 et par la liste de 1862. Cette église, fortifiée au xive siècle, présente l’intérêt de juxtaposer des éléments romans, gothiques rayonnants et gothiques flamboyants. Les fortifications sont situées au chevet de l’église et le long de la façade sud, l’église était en effet intégrée au système de défense du château de Lamballe maintenant disparu. Ce château occupait l’emplacement du parc situé au nord de la collégiale.

Charles Crépin Nicolas Catteau, né le 26 janvier 1880 à Douai, et, mort le 20 octobre 1966 à Nice, est un céramiste et peintre franco-belge.
Il est né d’un père belge et d’une mère française. Après une formation d’ingénieur céramiste à la manufacture nationale de Sèvres – qui deviendra l’École nationale supérieure de céramique industrielle – où il travaille deux ans, il part en 1904 en Allemagne, à la manufacture de Nymphemburg à côté de Munich.

Il y est débauché par Boch qui cherchait alors à renouveler la production de sa manufacture de La Louvière, Boch-Kéramis. Il prend en charge en 1907, l’atelier décoration dont il restera le responsable jusqu’en 1946. Travaillant toutes les matières, s’essayant à tous les genres (japonais, africain, figuratif, cubiste…), il y connaîtra le succès, avec une reconnaissance internationale lors de l’exposition des Arts décoratifs de 1925 et un Grand Prix.
En 1929, il expose au Salon des artistes français les toiles Porte de Bourgogne et Aux bords du Loing. Il peint également des paysages bretons.

Il laissera de nombreux vases dont des grès réputés, avec des motifs stylisés tirés de la faune et de la flore.

Après la Seconde Guerre mondiale, Charles Catteau s’est retiré à Nice sur la Côte d’Azur.