Jean HELLEU (1894-1985)

Aquarelle représentant un coucher de soleil dans un port
Signée en bas à gauche
Dimensions : 30 x 40 cm

1 200

En stock

Description

Aquarelle représentant un coucher de soleil dans un port
Signée en bas à gauche
Dimensions : 30 x 40 cm


Jean Helleu est un artiste peintre influencé par l’impressionnisme, essentiellement aquarelliste de sujets de marines, également designer dans le flaconnage de luxe, né à Paris le 29 novembre 1894, mort à Paris le 29 septembre 1985.

Jean Pierre Paul Helleu est le deuxième des quatre enfants nés du mariage du peintre Paul César Helleu (1859-1927) et de  la poétesse Alice Louis-Guérin (vers 1870-avril 1933).

La prédilection de Jean pour le thème marin, outre l’admiration que porte notre artiste à Johan Barthold Jongkind, vient naturellement de ce que, fréquentant avec ferveur les champs de courses et les régates, Paul César Helleu – propriétaire de quatre yachts7 – se rend régulièrement avec épouse et enfants à Deauville et Trouville-sur-Mer et, par extension, à Honfleur, voire à Dieppe, dans le Cotentin (des toiles de Jean Helleu sont situées Cosqueville), à Cowes dans l’île de Wight, à Jersey ou sur les côtes de Bretagne.

En 1912 à Deauville, Paul César Helleu tombe sous le charme d’un visage qu’il dessine et qu’il titre La Jolie Modiste. Il s’agit d’une jeune couturière encore inconnue qui vient d’y ouvrir un magasin et avec qui Jean Helleu, mais il ne le sait pas encore, va beaucoup travailler. Elle se nomme Gabrielle Chanel.

Il étudie à l’École nationale supérieure des beaux-arts et à l’Académie de la Grande Chaumière.

C’est à partir de cette décennie 1920 que, parallèlement à son activité picturale (expositions parisiennes en 1926, 1929, 1943 et 1948), Jean Helleu travaille, pour la famille Wertheimer (associée financièrement à Émile Orosdi, beau-frère de notre artiste3), comme designer de flacons et emballages pour les marques Bourjois et Chanel. Ses tableaux (Le Yacht de la famille Helleu à Cherbourg, 1946) portent témoignage d’une vie, selon les usages familiaux qui furent toujours les siens, en partage entre la capitale et le yachting normand.